Accueil > Tour du monde > Carnet de route > L’Inde > Bikaner
Bikaner

Le 5 décembre 2004,

La nuit fut rude. Il a fait extrêmement froid dans le train et le matelas était tellement dur que mon dos s’en souvient encore... De plus, j’ai eu le malheur de faire tomber mon sac à dos contenant les billets d’avion et les photos, en pleine nuit, de ma couchette qui se trouvait être tout en haut. De peur de réveiller tout le monde en descendant, je ne suis pas allée le chercher, mais je passais mon temps à regarder si personne ne venait fouiller dedans.

Bref, nous arrivons à Bikaner vers 7h du matin, n’ayant dormi que quelques heures. Une fois sortis de la gare, nous sommes immédiatement encerclés par une dizaine de rickshaws qui veulent, soit nous emmener dans un de leur hôtel moyennant une commission, soit nous vendre un safari à dos de chameau dans le désert. Pour notre part, nous voulons simplement qu’ils nous laissent aller tranquillement à notre hôtel qui se trouve à cinq minutes à pieds de la gare. Cinq petite minutes peuvent paraître très très longue en Inde... Nous ne sommes pas vraiment d’humeur à supporter ce harcèlement de vociférations ! L’arrivée à Bikaner est un peu difficile. Nous finissons par courir jusqu’à notre hôtel afin de nous libérer de cet encerclement de vautours.

Enfin nous atteignons notre hôtel et prenons une chambre banale mais correcte. Après une bonne douche bien méritée, nous entamons notre promenade dans la ville. Nous sommes bien déçus... Peut-être est-ce à cause du manque de sommeil, mais nous ne trouvons aucun charme à cette ville. Les détritus qui jonchent le sol de tous côtés, le bruit assourdissant et les odeurs répugnantes nous font fuir. Nous commençons à nous demander pourquoi nous sommes venus dans cette ville !! Le guide disait que ça valait le coup... Nous nous réfugions dans le fort de la vieille ville où nous pouvons récupérer quelques forces.

Bien décidés à ne pas se laisser abattre, nous fuyons cette ville pour l’après-midi en prenant un petit rickshaw qui nous emmène à une trentaine de kilomètres de la ville voir l’impressionnant temple des rats. Dans ce temple, les rats sont vénérés comme des dieux et peuvent se promener à leur guise sans qu’aucun mal ne leur soit fait. Ils sont même nourris à domicile tous les jours par les offrandes que leur apportent les fidèles. Comme dans tous les temples hindouistes, il est obligatoire d’enlever ses chaussures avant d’entrer. Jusque là, ça ne m’a posé aucun problème... Mais quand on apprend qu’il va y avoir des milliers de rats qui vont venir nous chatouiller les pieds, on hésite un peu avant d’entrer nus pieds dans le temple ! En fait, je les trouve adorables toutes ces petites familles de rats !! Et elles ont tellement à manger quotidiennement qu’elles ne risquent pas de venir me grignoter les doigts de pieds.

Nous revenons ensuite tranquillement à Bikaner. Cette excursion loin de la ville nous a fait du bien... Nous décidons de ne pas rester un jour de plus dans cette ville qui nous déprime. Nous réservons le bus pour le lendemain à 5 heures du matin ! La nuit va être courte une fois de plus... Nous préférons ça plutôt que de rester s’ennuyer dans cette ville sans intérêt. L’avantage avec notre formule où rien n’est réservé à l’avance, c’est que nous sommes vraiment libres de faire ce que nous voulons ! Nous aurions été malheureux de devoir rester plus longtemps à cause de réservations faites en avance !

Nous finissons la soirée dans un sympathique restaurant de luxe puisque nous avons le droit à une fourchette et un couteau ! C’est bien la première fois que nous voyons ça en Inde. Jusque ici, une grande cuillère et éventuellement une fourchette si on avait de la chance, suffisaient largement.

Eve-Laure

Site réalisé avec SPIP
Design et Contenu © 2004-2007 : Eve-Laure et Michaël