Accueil > Tour du monde > Carnet de route > L’Australie > Arrivee en Australie !
Arrivee en Australie !

Le 6 mai 2005,

Nous reussissons a dormir quelques heures dans l’avion entre Denpasar et Darwin, mais le trajet ne durant que 2 heures, ce fut assez court. De plus, avec le decalage horaire, nous arrivons en Australie vers 4 heures du matin heure locale, alors que nous sommes partis de Bali vers minuit.

Nous avons la bonne surprise de voir qu’un bus attend les passagers de l’avion afin de les emmener directement a leur hotel pour un modeste prix qui sera de toute facon rembourse par l’hotel en question ! Sympathique comme entree en matiere... Nous ne pensions pas qu’a cette heure aussi matinale, un bus nous permettrait de rejoindre le centre-ville. Nous sautons donc dans ce beau bus moderne et confortable (ca change des transports de Flores... nous sommes presque surpris de ne voir aucun poulet accroche aux fenetres...) qui nous emmene rapidement devant l’hotel que nous avions reserve de Bali par internet. Il est environ 6h du matin lorsque nous arrivons devant la reception de l’hotel, avec une seule envie, nous ecrouler dans un bon lit.

Le receptionniste nous accueille chaleureusement avec un fort accent australien assez difficile a comprendre et nous annonce que notre chambre se sera pas prete avant 11h du matin ! Nous lui expliquons que nous n’avons quasiment pas dormi de la nuit et que nous avons besoin de nous allonger quelque part. Devant notre mine deconfite, le receptionniste nous prend en pitie et nous propose de prendre la chambre tout en nous prevenant qu’elle n’a pas ete nettoyee, les precedents locataires etant partis tres tot ce matin. Nous acceptons, soulages par cette alternative. La chambre ne pourra pas etre plus sale que ce que nous avons pu avoir a Flores de toute facon ! Et en effet, l’etat de la chambre est plus que correcte et des draps propres nous sont meme donnes par la reception. Que demander de plus ? Nous nous ecroulons sur le lit, le sommeil ne tardant pas a venir nous chercher.

Nous nous reveillons vers 11h, en forme et dispo. L’auberge de jeunesse ou nous nous trouvons possede une cuisine toute equipee, nous decidons alors de preparer nous-memes notre dejeuner. Ca fait si longtemps que nous n’avons pas touche une casserole, nous ne savons plus nous en servir de ces trucs-la ! Bon, pour tout dire, c’etait plutot Michael le cuistot avant de partir... Pour ma part, je n’ai jamais vraiment ete tres douee pour la cuisine ! Nous partons donc au supermarche du coin et nous extasions sur la quantite et la diversite des aliments proposes. Sur la route, nous ne manquons pas d’observer cette petite ville, si nouvelle et etrangere pour nous (d’autant plus par rapport a l’Asie !). Darwin est une ville un peu artificielle. Les batiments tous relativement neufs, ne sont pas particulierement beaux, mais respirent le modernisme. Ce qui nous choque des nos premiers pas dans la ville, c’est le nombre d’Aborigenes qui trainent dans la rue, pieds nus, l’air desoeuvre et la plupart de temps, completement saouls. Le contraste avec les hommes d’affaires qui passent, bien habilles pour aller travailler dans leur beau costume, sans leur jeter le moindre regard, est saisissant. Nous ne nous attendions pas du tout a les voir dans un tel etat, nous sommes affliges. Ils sont sur leurs terres d’origine, ils appartiennent a cette terre depuis des milliers d’annees et les Blancs sont venus les massacrer et leur voler tous leurs biens. A present, ils sont reduits a errer dans les rues en essayant d’oubiler ce qu’ils ont perdu dans l’alcool. Je trouve ca veritablement horrible ! C’est la premiere fois depuis le debut de notre voyage que nous voyons un peuple si perdu, si triste et si opprime. Meme dans les contrees les plus pauvres et les plus reculees ou nous avons eu l’occasion d’aller, les gens se satisfaisaient plus ou moins du peu qu’ils avaient et semblaient heureux de vivre malgre tout. Ici, ils ont l’air d’avoir perdu tout espoir et toute joie de vivre. Ils ne sont plus chez eux dorenavant et ne peuvent pas non plus s’integrer au mode de vie des Blancs. Leur culture est trop differente. De plus, les Blancs sont tres racistes envers eux et les considerent comme des parias pour la societe, leur refusant tout travail et ne faisant ainsi que creuser davantage la difference.

Bien sur, l’Etat australien a donne des morceaux de terre aux Aborigenes pour qu’ils puissent y vivre en paix. Mais lorsqu’on regarde de pres, on s’apercoit vite qu’il s’agit en majorite de deserts et de terrains incultivables. Les bonnes terres sont reserves pour les Blancs bien sur. L’histoire des Aborigenes est vraiment terrible. Ils ont veritablement ete massacres et leur culture, qui se transmettait de pere en fils exclusivement pas voie orale, a quasiment disparu avec eux par la meme occasion. Pourtant, ils avaient une connaissance des plantes, des animaux et de la Terre incroyable et tout est maintenant perdu. C’est lamentable... Ils se trouvaient sur ces terres depuis plus de 45 000 ans et du jour au lendemain, ils se sont retrouves deposseder de la terre de leurs ancetres. Les Blancs ont profane leurs sites sacres en les traitant de barbares et de sauvages... Entre 1918 et 1970, les gouvernements australiens ont enleve pres de 100 000 enfants aborigenes a leur famille pour les placer a des kilometres de la, dans des institutions ou familles blanches afin de forcer leur insertion. Ils ont subi d’horribles tortures et maltraitances de toutes sortes dans ces etablissements et servaient exclusivement d’esclaves. Tout contact avec leur famille etait totalement proscrit. Les survivants appeles "generation volee" constituent encore un sujet sensible en Australie. Le gourvernement australien ne veut toujours pas reconnaitre sa responsabilite envers ce massacre de peur de devoir indemniser les familles aborigenes. Le sujet des Aborigenes est d’ailleurs tres difficile a aborder de facon generale avec les Australiens qui doivent peut-etre ressentir une sorte de culpabilite non avouee par rapport a toute cette histoire. En tous cas, la condition des Aborigenes n’est vraiment pas prete de s’arranger et ca nous met extremement mal a l’aise de les voir ainsi, dechus et malheureux. Ceci dit, nous trouvons les Australiens tres jovials et extremement charmants avec nous. Ils nous paraissent etre de bons vivants, aimant la biere et les hamburgers !! C’est etrange de s’imaginer qu’ils sont aussi intolerants envers les Aborigenes...

Donc, je reviens a mes moutons apres cette "legere" disgretion. Ce midi, ce sera pates a la sauce tomates faite maison par Michael ! Pour feter notre arrivee en Australie, nous nous achetons une bouteille de vin et du fromage dont nous avons ete prives depuis si longtemps ! Nous nous engouffrons le morceau de fromage en entier tout en preparant la sauce, c’est un vrai delice ! Vive l’Australie !! Malheureusement, Michael a un peu perdu la main depuis le temps... Il a deja concocte des spaghetti bien meilleurs ! Ca ne nous empeche pas de nous goinfrer comme des porcs... Nous partons ensuite nous renseigner sur les prix de location d’une voiture afin de partir visiter le parc Kakadu par nous-memes. Nous sommes surpris par les tarifs vraiment eleves des loueurs de voiture. Ce n’est pas vraiment dans notre budget... Nous essayons de nous renseigner dans une agence de voyage qui se situe en face de notre hotel afin de trouver une voiture a louer moins chere. Le gars nous parle alors d’un tour organise de 5 jours dans le parc Kakadu et qui commence des demain. Si nous sommes interesses, il nous fait une remise de 120 euros ! Ah la, c’est deja plus dans nos moyens... Nous sommes bien tentes par l’offre, masi nous sommes dans un tel etat de fatigue que nous hesitons a nous lancer dans cette expedition. De plus, il ne nous aide pas vraiment en nous prevenant qu’on se levera tot le matin et qu’on se couchera tard le soir, que ce sera dur, qu’il fera chaud et que ce sera long ("It will be hard, it will be hot, it will be long" sont ses mots exacts...). Mais il nous assure que nous verrons des choses extraordinaires que nous ne pourrons pas decouvrir par nous-memes sans l’aide d’un guide. Il nous garantit que nous eviterons la foule et que nous serons veritablement en contact avec la nature. Bon allez... Ce n’est pas raisonnable, masi nous acceptons de partir des demain matin 6h30 pour 5 jours dans le bush (terme australien qui designe la campagne). Esperons que le groupe avec lequel on effectuera le voyage sera sympa ! Nous ressortons de l’agence, pas vraiment surs d’avoir fait le bon choix, mais bon... Nous verrons si nous tenons le coup ! Nous partons nous coucher au plus tot, sans meme avoir la force de diner.

Eve-Laure

Site réalisé avec SPIP
Design et Contenu © 2004-2007 : Eve-Laure et Michaël